Robert C. Milne

Titulaire d’un baccalauréat en zoologie de l’Université Duke et d’une maîtrise en écologie de l’Université d’État de Caroline du Nord, Rob Milne fait ses débuts au National Park Service des États-Unis en 1961. Sa carrière internationale est lancée en 1965 alors qu’il est envoyé au Kenya comme gardien éducateur au Parc national de Nairobi pour une durée de deux ans. À son retour, il co-publie le livre Consider the Process of Living (Conservation Foundation) ainsi qu’un film pour le deuxième Congrès mondial sur les parcs nationaux à Yellowstone en 1972. Il est nommé Chef de l’Office of International Affairs du National Park Service des États-Unis en 1975, fonction qu’il occupera jusqu’en 1995. Membre de longue date de la Commission mondiale des aires protégées de l’UICN, il dirige également l’International Seminar for the Administration of National Parks and Equivalent Reserves entre 1973 et 1991. Au total, plus de 700 gestionnaires de parcs et d’aires protégées provenant de 108 pays différents ont participé à ce programme organisé en partenariat avec l’Université du Michigan et Parcs Canada.

De par ses fonctions au National Park Service, Rob Milne a été responsable de l’implantation de la Convention du patrimoine mondial aux États-Unis pendant vingt ans. Durant cette période, il a assisté à la presque-totalité des réunions du Comité. En 1992, lors du changement d’administration de Bush à Clinton, il a assumé la présidence du Comité suite à la démission de la présidente en place, Jennifer Salisbury. Après sa retraite en 1996, il est dépêché au Centre du patrimoine mondial par le gouvernement américain comme conseiller auprès du Directeur du Centre. Il mènera aussi occasionnellement des missions de suivi de certains sites menacés pour le compte de l’UNESCO.

Les extraits audio suivants sont issus d’une entrevue en anglais menée avec Rob Milne par Christina Cameron et Mechtild Rössler en mars 2009 au siège social de l’UNESCO à Paris. On y retrouve d’éclairants détails concernant les toutes premières réunions du Comité du patrimoine mondial et les sites inscrits à cette époque. Rob Milne y commente le travail des différentes instances de la Convention du patrimoine mondial, soit le Comité, les organes consultatifs et le Centre du patrimoine mondial, en plus de partager sa conception originale de la solidarité internationale.