Natarajan Ishwaran

Natarajan Ishwaran a étudié l’écologie animale et la zoologie à l’Université de Peradeniya, au Sri Lanka, avant d’obtenir un doctorat en Sciences et gestion de la faune à la Michigan State University, aux États-Unis. Depuis son arrivée à l’UNESCO en 1986, il a travaillé à l’implantation du volet naturel de la Convention du patrimoine mondial ainsi qu’à d’autres initiatives environnementales telles que le Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB), les réserves de biosphère et le Programme international de géosciences. Il a chapeauté la section pour le patrimoine naturel du Centre du patrimoine mondial de 1996 à 2004, avant d’être nommé directeur de la Division des sciences écologiques et des sciences de la terre de l’UNESCO. En 2012, il quitte cette fonction afin d’apporter son expertise à l’International Centre on Space Technologies for Natural and Cultural Heritage, à Beijing, en Chine. Depuis 2013, il est également responsable de la région Asie-Pacifique chez ProNatura International.

Par son travail, Natarajan Ishwaran encourage l’utilisation de sites reconnus par l’UNESCO, tels que les biens du patrimoine mondial, les réserves de biosphère et les géoparcs, en vue d’implanter des pratiques de développement durable à travers le monde. Il a publié de nombreux articles scientifiques à ce sujet, dont «From Conservation to Sustainable Development—A Case Study of Angkor World Heritage Site, Cambodia», paru dans le Journal of Environmental Science and Engineering en 2016.

Les extraits audio suivants sont issus d’une entrevue menée avec Natarajan Ishwaran par Christina Cameron et Mechtild Rössler en novembre 2009 au siège de l’UNESCO à Paris. Par sa vaste connaissance des grandes initiatives environnementales de l’UNESCO, il met en lumière l’aspect naturel de la Convention du patrimoine mondial. Il appelle à une meilleure reconnaissance de la riche biodiversité qui se trouve aux aires naturelles et souligne l’importance d’établir des liens entre nature et culture.