Mounir Bouchenaki

Mounir Bouchenaki est un historien et archéologue algérien. Titulaire d’un doctorat en archéologie et histoire ancienne de l’Université d’Aix-en-Provence, il a travaillé pour le gouvernement algérien de 1969 à 1981. Nommé directeur du patrimoine culturel au Ministère de l’Information et de la Culture en 1976, il sera chargé de la préparation de six dossiers de nomination algériens pour le patrimoine mondial. En 1982, il entre à la Division du patrimoine culturel de l’UNESCO en tant que responsable des campagnes de sauvegarde internationales. Après en être devenu le directeur en 1992, il assistera de façon régulière aux réunions statutaires pour le patrimoine mondial tout en supervisant certains dossiers sensibles, comme celui de Jérusalem. Il sera brièvement directeur du Centre du patrimoine mondial entre 1999 et 2000, avant de devenir Sous-directeur général pour la culture.

En 2006, Mounir Bouchenaki quitte l’UNESCO pour devenir Directeur général de l’ICCROM, fonction qu’il occupera jusqu’en 2011. Depuis 2012, il est conseiller du Directeur général de l’ICCROM et de la Directrice générale de l’UNESCO, en plus de chapeauter les opérations du Centre régional arabe pour le patrimoine mondial au Bahreïn. Au nombre de ses distinctions, on compte notamment le prix ICCROM de 2000 et le grade d’officier de l’ordre des Arts et des Lettres français. Il est par ailleurs l’auteur de Tipasa, site du patrimoine mondial (ENAG, 1988) et de plusieurs articles, dont «The Extraordinary Development of Museums in the Gulf States», paru dans la revue MUSEUM International en 2011.

Les extraits audio suivants sont issus d’une entrevue menée avec Mounir Bouchenaki par Christina Cameron et Mechtild Rössler en février 2009 au siège social de l’UNESCO à Paris, France. On y apprend davantage sur sa longue implication à l’UNESCO, sur la création du Centre du patrimoine mondial et sur les différents impacts qu’engendre le label «patrimoine mondial» pour les sites. La vision de Mounir Bouchenaki sur la Convention est par ailleurs fort enrichie par sa double expérience au sein de l’UNESCO et de l’ICCROM.