François LeBlanc

Crédit photo : Dennis Keeley

François LeBlanc est diplômé en architecture de l’Université de Montréal. Il s’est également spécialisé en conservation du patrimoine à Ottawa et à l’Université de York, au Royaume-Uni. Il a mené une longue carrière au Canada et à l’étranger, d’abord comme architecte en restauration pour Parcs Canada dans les années 70. En 1979, il est détaché à Paris par le gouvernement canadien afin d’assurer la direction du Secrétariat International de l’ICOMOS. À son retour au Canada quatre ans plus tard, il se joint à la fondation Héritage Canada dont il sera le vice-président pendant neuf ans. De 1992 à 2001, il occupe la fonction d’architecte en chef de la Commission de la capitale nationale à Ottawa. À ce titre, il sera responsable de la conservation et de la rénovation d’une cinquantaine de monuments historiques de la région, notamment les résidences officielles du Premier Ministre et du Gouverneur Général. Il travaillera par la suite comme Chef des projets sur le terrain au Getty Conservation Institute à Los Angeles jusqu’en 2007.

Monsieur LeBlanc s’est également impliqué pendant plus de vingt ans auprès d’organismes tels qu’ICOMOS Canada et l’Association internationale pour la préservation et ses techniques (APT). Aujourd’hui retraité, il continue d’agir comme consultant en patrimoine et enseigne de temps en temps à l’Université Carleton et à la Willowbank School of Restoration Arts. Ses nombreuses publications vont de la réflexion philosophique sur le patrimoine aux rapports techniques de conservation issus des centaines de projets qu’il a menés sur le terrain.

Les extraits audio suivants sont issus d’une entrevue menée avec François LeBlanc par Christina Cameron en avril 2009 à Ottawa au Canada. Son implication dans le patrimoine mondial remonte aux toutes premières années de la Convention et son récit offre un aperçu précieux de l’ambiance et du fonctionnement de l’époque, tant au niveau du Comité du patrimoine mondial que de l’ICOMOS. Il raconte notamment l’un des évènements marquants de cette période, soit l’inscription de Jérusalem sur la Liste du patrimoine mondial.